Nous habitons dans un quartier en pleine mutation, à 10 minutes de la gare et du Centre Commercial de la Part Dieu, à la limite de Lyon 3ème et de Villeurbanne.

Notre maison, dessinée par la sœur d'Angelina
vue sur la ville
La paroisse du Sacré Cœur, toute proche, vit de cette poussée démographique et déploie un patchwork d’activités où se côtoient des cultures différentes.

Nous cherchons à incarner en ce lieu l’appel que nous avons reçu « d’aimer et servir Dieu en toutes choses ».

Notre vie commune à Lyon

Notre vie commune est à construire chaque année pour qu’elle puisse soutenir la mission de chacune.

Nos missions sont portées par la prière commune quotidienne. Des temps forts nous rassemblent et marquent notre vie communautaire.

La cave voûtée est le cœur priant et célébrant de la maison ; le jardin, un havre de paix que rythment les saisons.

La vie se donne aussi par des moments de détente et par l’accueil. Nous aimons accueillir : le noviciat lors des sessions d’internoviciat ignatien, nos sœurs de passage, nos familles ou amis, les personnes qui cherchent un espace de silence…

notre jardin
Notre jardin
Dans la chapelle
Angelina et Christiane travaillent au jardin

La proximité géographique avec notre communauté d’Ameugny nous permet d’aller la soutenir dans sa mission d’accueil à Taizé et de partager avec nos sœurs des temps de fête et de gratuité.

Nos missions à Lyon

Attentives aux liens de proximité, la communauté vit cependant au sein d’un réseau plus large qui varie chaque année. Il se tisse par les missions de chacune des sœurs :

Isabelle
Angelina
Christiane

Une part de ma mission m’amène à rencontrer de nombreuses personnes dans l’association du Coup de Pouce Universitaire (CPU). C’est au sein d’une équipe d’accueil que je suis le plus souvent en contact avec des étudiants universitaires ou d’autres écoles supérieures venant de l’étranger ainsi qu’avec des étudiants demandeurs d’asile (de niveaux plus ou moins équivalents) en formation FLE (Français Langue Étrangère).

À l’accueil nous sommes un « pont » entre les étudiants, et les bénévoles (de milieux professionnels divers) qui viennent assurer des cours de français, corrections de mémoires et  thèses. Nous sommes aussi une « présence », une « écoute », une « orientation » pour ces étudiants qui, loin de leur milieu, arrivent souvent seuls. La majorité d’entre eux sont ici confrontés à une nouvelle culture (dans laquelle ils vont vivre quelques mois, voire quelques années) et à des méthodes d’enseignement et de travail intellectuels différents de ce qu’ils connaissent dans leur pays.

Nous partageons la richesse et les défis de cette diversité de personnes qui, pour ma part, me tiennent éveillée dans l’intercession et l’action de grâces pour tout ce qu’il nous est donné de vivre ensemble.

Agnès
Jessica
Margriet

Ma mission est pour le moment… d’étudier. Je fais des études à l’IPER (l’Institut Pastoral d’Études Religieuses) qui sont une très bonne préparation à des missions futures. Nous sommes une petite centaine d’étudiants, laïcs et religieux, entre 18 et 60 ans. Nous suivons des cours théoriques comme l’exégèse, la dogmatique, la philosophie, la morale et d’histoire de l’Église, mais nous participons également à des journées à thème qui ont un contenu plus pastoral, traitant par exemple de la pastorale des funérailles ou de la transmission de la foi. Même les cours qui sont à la base plutôt théoriques, ont toujours une ouverture pastorale. Par exemple, quand nous avons étudié les récits de miracle pour l’exégèse, l’enseignant nous a aidés à réfléchir sur la question de l’âge jusqu’auquel les enfants vont comprendre l’histoire littéralement avec Jésus comme super-héros et à partir de quel âge on pourrait leur expliquer qu’on peut lire l’histoire également d’une autre manière. J’aime beaucoup ces études, qui bouleversent parfois totalement ma foi, mais qui m’aident surtout à l’approfondir.

En savoir plus...