Actualités

A Londres Teresa fête ses 70 ans de Vie religieuse,
à Lubumbashi Nathalie et Bertine et
à Ameugny Katie
commencent l'étape du noviciat.

« C’est une joie pour nous de prier, célébrer,
fêter, porter la mission ensemble »

(Congrégation générale 2017)

 

Kerstin et Sietske sont envoyées
à Bâle, en Suisse. Avec
des frères de Taizé et une équipe de jeunes,
elles prépareront la prochaine étape du
pèlerinage de confiance sur la terre,
qui aura lieu du 28 décembre 2017
au 1 Janvier 2018.
Jessica les rejoindra bientôt.
 

« Nous sommes engagées à la suite du Christ
dans un mode de vie que nous voulons simple,
qui nous ouvre à l’universalité et à la créativité.
La sobriété joyeuse est contagieuse.
Elle nous conduit à revoir certaines de nos habitudes
et à cultiver une saine vigilance.
 »

Congrégation générale 2017

 


Plusieurs sœurs ont participé
à différents temps forts dans cette année
de commémoration de la Réforme de 1517.

« La prière nous fait passer de la tête au cœur.
Elle est donc indispensable,
car elle nous rend vulnérable au travail de l’Esprit :
c’est lui qui fait tomber les murs ! »

Dirk Lange

 

« Justice, paix et sauvegarde de la création » et
« Culture numérique » ont été deux thèmes
travaillés par les capitulantes réunies en Congrégation générale
au mois de janvier.
Ensemble, elles ont discerné
ce qui caractérise leur appel aujourd'hui
comme sœurs de Saint-André.

 

Tout un siècle... !


Le 3 mai notre sœur May fête ses 100 ans dans notre communauté de Londres.
Elle dit que "C'est une merveille aux yeux de Dieu" et
entonne son refrain préféré :
In the Lord I'll be ever thankful,
in the Lord I will rejoice!

 

Weekend des jeunes professes, 31 mars au 2 avril 2017

Weekend des jeunes professes

Les jeunes professes qui sont en Europe se sont réunies pendant un weekend, pour échanger autour du thème de «la mission» 

«Un temps fraternel qui a permis de mettre ensemble nos questionnements, nos convictions, et nos manières de vivre la mission dans la vie communautaire, au milieu d’un monde en mutation. Quel désir nous anime ?

Le weekend nous a donné aussi l’occasion de nous rencontrer, un moment précieux vu nos lieux d’envoi variés.»

Sietske, Jessica, Louisa, Clare, Agnes, Francine

 

 

 

Cinq pains et deux poissons…
La Parole au centre…
Les cartes des amis qui sont en communion de prière avec nous…
Nous voici rassemblées depuis le 7 janvier à la maison-mère
pour la Congrégation générale.
Après quelques jours de silence, notre groupe de 22 capitulantes,
aidées par Marie Guillet, avance dans la réflexion sur la vie
de nos communautés et nos missions,
comptant sur l’Esprit qui toujours nous devance…

 

Luzingu na mono yonso Mfumu yo vanda ya kukembilaka nge,
yo vanda ya kusadilaka bantu

Que toute ma vie Seigneur soit pour te louer et pour servir mes frères et sœurs.

Le 4 juin 2016 à Lubumbashi (RD Congo),
Francine et Gracia ont prononcé leurs premiers vœux,
entourées de la communauté et de leurs proches.

 

 

Le 28 mai Elke et Rosette se sont engagées pour toujours
dans la Congrégation des sœurs de Saint-André.

Joie de cette célébration à laquelle nous avons largement associé
les frères de Taizé et nos amis d'Ameugny et de Taizé
à l'occasion des 50 ans de notre présence sur la colline.

En 1965, mère Claire, la supérieure générale et son assistante, mère Marie-Tarcisius,
étaient allées à Taizé et en étaient rentrées en disant :
« Taizé devient central pour la catholicité. »

Devant l'insistance de Frère Roger: « Il faut revenir !
Nous avons besoin des s
œurs de Saint-André
et les s
œurs de Saint-André ont besoin de nous ! »
- les s
œurs viennent pour une présence provisoire les trois mois d'été 1966.

En septembre 1966 mère Claire et mère Marie-Tarcisius rencontrent le cardinal Bea
qui leur dit : « Tout ce que vous pouvez faire avec les frères séparés, faites-le. »
« Vendre des cartes postales pour l'unité, nous le pouvons, »
lui a répondu mère Marie-Tarcisius.

Aujourd'hui nous pouvons contempler avec gratitude et reconnaissance
le chemin parcouru ensemble.

" En regardant ces 50 années de vie sur la colline à vos côtés, nous pouvons découvrir que vous, frères de Taizé, vous êtes entrés dans notre histoire en révélant et en portant, sans le savoir, une nouvelle facette du Christ qui est venue nous refonder de l’intérieur.

Par votre témoignage, le visage du Christ qui s’ouvre à nous est

le Christ universel, frère de tous, pauvre et humble de cœur ;

le Christ des béatitudes ;

le Christ ferment de paix, de réconciliation ;

le Christ sans frontières, le Christ, Maître intérieur de toute vie.

La grâce dont vous avez été porteur nous ramenait d’abord aux sources : l’accueil des pèlerins qui marque nos origines les plus lointaines.

Cette même grâce a déplacé nos frontières… Cette ouverture nous a certainement enracinées plus profondément dans le cœur universel de l’Eglise. Elle a eu des répercussions sur tout le Corps apostolique que nous formons : partout, dans des contextes très variés, nos sœurs reçoivent la grâce d’aimer l’Eglise une et plurielle.

Cette grâce du Christ dont vous avez été porteurs a certainement contribuée à nous simplifier. Elle a été et demeure aujourd’hui « bénédiction ». "

(Sr. Agnès, supérieure générale)

 

"Nous sommes appelés à vivre au côté des pauvres.
Ici nous essayons de vivre ensemble
avec notre pauvreté."

Depuis septembre 2015 sr. Bep accompagne à Bruxelles
le projet du Poverello.